Sauvin Guy et le Sei do Jyuku (Karaté)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sauvin Guy et le Sei do Jyuku (Karaté)

Message  Fred le Sam 8 Fév - 18:37

Guy Sauvin est un karatéka français né le 4 novembre 1942.



8ème dan de Karaté Do

B.E.E.S 3ème degré


Directeur technique fédéral de 1967 à 1980
Directeur technique national de 1980 à 1996
Président de la commission technique européenne et mondiale de 1988 à 1996


Il débute par la boxe française avec Mr LAFOND de 1960 à 1963.

Ses débuts en Karaté avec maître COCATRE ont lieu en 1963.

Il s'entraine à partir de 1964 avec Maître MOCHIZUKI Hiroo, son véritable professeur.

Il effectue plusieurs stages avec Maître OSHIMA.

Il reçoit dans son dojo parisien, Maître KASE pour des rencontres techniques particulières pendant plus d'un an (93-94).

À l'occasion de ses voyages, il rencontre de nombreux Maîtres japonais : - HAYASHI (shito-ryu) - ASAÏ – ABE – YAHARA (shotokan JKA) - IKEDA (Iaï-do)

Il s'entraîne en Taichi et s'initie au Taikiken avec Maurice PORTICHE, ambassadeur de France au Burkina Faso.

Après 30 ans au plus haut niveau de Karaté, il dirige de 1997 à 2004 le Parc National des deux Bale du Burkina Faso.

Il fonde en 2007, sa propre école de karate-dô qu'il nomme Sei Do Jyuku, ce que l'on peut traduire par "école de la voie de la sincérité".



Il a été trois fois champion de France, deux fois en open en 1964 et 1965 et une fois chez les moyens en 1972. Cette même année, il a par ailleurs été champion d'Europe kumite - 75 kg, troisième en ippon individuel aux championnats du monde et vainqueur lors de ce même événement en kumite par équipe2.

Source : Wikipédia


Dernière édition par Fred le Sam 8 Fév - 19:33, édité 1 fois
avatar
Fred
Admin

Messages : 803
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://wadorivedegier.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sauvin Guy et le Sei do Jyuku (Karaté)

Message  Fred le Sam 8 Fév - 18:40

Source : Sei do Jyuku Karate martial
http://www.akdtm.com/crbst_26.html
Propos de Guy Sauvin


MA METHODE D’ENSEIGNEMENT
ECOLE SEI DO JYUKU



Je n’ai jamais éprouvé le besoin de donner un nom à ma pratique mais, mon évolution actuelle m’a amené à envisager la chose et d’autre part, nombre d’élèves désiraient s’identifier à une pratique, ce qui m’a amené à structurer l’école comme l’étaient les RYUS traditionnels au japon et ainsi, retrouver des valeurs fondamentales à la pratique des arts martiaux.
A noter que parmi les nombreuses définitions de l’Art Martial, je retiendrai celle-ci :
"Art de combat, ancien ou moderne, qui, outre sa fonction, est utilise pour perfectionner le corps et l’esprit" (à differencier donc totalement des sports de combat).

Cette définition qui englobe la notion de perfectionnement corps/esprit est commune a tous les arts martiaux, d’origines asiatiques ou pas.

J’enseigne à beaucoup d’élèves d’horizons divers et il m’est apparu nécessaire de nous retrouver dans notre pratique à travers un nom commun représentant NOTRE chemin.

J’ai réfléchit a ce qui pour moi, représentait une des qualités essentielles pour progresser dans les arts martiaux et le mot : sincérité m’est venu très vite à l’esprit.
Sincérité, dans le sens d’être honnête avec soi-même, ne pas se mentir, et aller au bout de ses convictions ;
Après, on peut l’étendre à la sincérité avec les autres et je rapprocherai cela du principe :
être soi-même.
Je me suis donc tourné naturellement vers mon Professeur, Maître Hiroo Mochizuki pour lui demander de me donner un nom japonais qui pourrait caractériser cette recherche.

Maître Mochizuki a été mon premier professeur de karaté do et depuis 1962, nous avons gardé une amitié très forte et surtout, c’est un homme que je respecte profondément, non seulement pour sa valeur de budoka mais aussi et surtout, pour sa valeur d’homme.
il m’a donné le nom suivant : SEI DO JYUKU !
SEI : sincérité, honnêteté, pureté …
DO : la voie
JYUKU : Il parait que dans l’ancien temps au Japon, les nobles ou les samouraïs allaient dans un endroit nommé ainsi pour recevoir un enseignement spirituel.

Que ceci nous montre donc le chemin à suivre ;
Je ne vais pas recréer une association avec statuts, carte de membre, cotisation supplémentaire……
Tout le monde appartient déjà à une ou plusieurs associations, je ne vais pas en créer une de plus.
En adhérant à notre école, vous faites une déclaration d’intention et non une déclaration d’appartenance à un organisme !
Je demanderai simplement aux élèves qui adhèrent à cette recherche, de porter l’emblème de l’école sur leur kimono afin que nous puissions nous reconnaître et prouver leur attachement à l’enseignement traditionnel.

Notre école vous propose avant tout une manière d’appréhender le karaté do et d’exprimer votre personnalité à travers une pratique réfléchie.

La voie que je vous propose n’est pas la seule, ni la meilleure.

Notre cheminement est le résultat de rencontres, d’entraînement personnel, d’expériences de vie, de personnalité etc. !!!

Il se trouve que j’ai découvert le travail interne assez tard dans ma pratique (j’entends par travail interne , un véritable système d’entrainement) aussi, après 45 ans de pratique, je peux proposer maintenant une méthodologie et une progression qui me sont propres.

D’autres pratiquants, s’ils avaient à proposer sous la même forme leur vision du karaté do, n’incluraient forcément pas les mêmes ingrédients, ou à la même place, etc.

Ceci amène à penser que dans un système d’école et non de fédération, seul le
« Sensei » fondateur est apte à juger le niveau de progression de ses élèves, personne ne pouvant le faire à sa place.

C’est la raison pour laquelle je décernerai des titres aux membres de l’école.

Ces titres n’ont qu’une valeur interne.

Vous me faites l’honneur de vous reconnaitre à travers le chemin que je vous propose, aussi, je me permettrai de vous donner mon avis sur le niveau que je pense que vous avez atteint et qui aura pour seule fonction , de mesurer votre progression à travers des critères qui me sont propres .

Notez bien que les titres et les DANS ne représentent pas les mêmes valeurs .

Source : Sei do Jyuku Karate martial
http://www.akdtm.com/crbst_26.html
Propos de Guy Sauvin
avatar
Fred
Admin

Messages : 803
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://wadorivedegier.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sauvin Guy et le Sei do Jyuku (Karaté)

Message  Fred le Sam 8 Fév - 18:43

Source : Sei Do Jyuku KARATE MARTIAL
http://www.akdtm.com/crbst_26.html
Propose de Guy Sauvin


FONCTIONNEMENT
DE L ECOLE SEI DO JYUKU


L’enseignement traditionnel au japon était basé sur des principes précis.
L’enseignement des techniques se subdivise en trois grandes catégories qui, s’adressent chacune à un niveau différent dans la hiérarchie de l’école.

- Les OMOTE, techniques dites de surface ou de base.

Enseignées à tous les pratiquants de l’école mais aussi aux pratiquants externes à l’école.
Cet enseignement permet d’acquérir les bases de l’école pendant environ 6/7 ans de pratique.
Ceci représente l’étape SHU de la progression dans les arts martiaux japonais.

- Les URA, techniques dites de profondeur,

Elles remettent en question les OMOTE
Ces URA, ne sont enseignées par contre qu'aux élèves internes à l’école ( Ushi deshi)
Cet enseignement permet d’approfondir les principes de l’école après 12 ans de pratique minimum.
Ceci représente l’étape HA de la progression .

- Les OKUDEN (le vrai savoir de l'école) enfin,

Ces techniques dites supérieures, sont réservées à un groupe restreint d’élèves proches qui ont l’autorisation de dispenser l’enseignement de l’école.
Elles sont généralement acquises en une bonne vingtaine d'années au minimum.
Certains d’entre eux reçoivent l’autorisation de former un groupe dans leur pays, calqué sur ce même modèle d’organisation.

Ceci est le début de l’étape RI de la progression.

LES TITRES

Notre école décerne ses propres diplômes qui s’établissent comme suit :

- MONSHI – MON-porte et SHI- homme noble : Qui entre dans la voie.
Minimum 5 années de pratique.

- KENSHI – KEN- rechercher et SHI: Qui s’implique dans la voie.
Minimum 10 années de pratique.

- SHUSHI – SHU- application dans la vie et SHI : Qui applique la voie.
Minimum 15 années de pratique

- RENSHI - RENCHOKU- homme droit et SHI: Qui a été instruit.
Minimum 20 années de pratique

- KYOSHI - KYO- qui a reçu l’héritage et SHI : Qui représente l’école.
Minimum 30 années de pratique

- HANSHI - Maitre accompli.
Quarante années de pratique environ.

- SHIHAN - Homme modèle.

Ces titres sont décernés par Shihan G. Sauvin en fonction de critères techniques, d’années et d’assiduité de pratique, d’implication dans l’entrainement, de la personnalité et de l’âge du récipiendaire.

Ils ne s’appuient sur aucun programme établit ou une somme de connaissance particulière et sont toujours délivrés en fonction de qualités et du parcours propres à chacun.


Il est possible qu’un pratiquant possède un grade DAN et se voit attribuer un diplôme de l’école d’un niveau différent car nous établissons notre propre hiérarchie en fonction de nos critères.

Il faut que cette notion soit bien intégrée.

Les pratiquants doivent continuer à présenter des DAN dans leurs organismes respectifs.

Ceci représente, on va dire, la reconnaissance administrative de leur progression générale, les titres, nous le rappelons, étant une graduation interne à une école.

Il existe de nombreux noms de titres différents pour sanctionner un même niveau, de même que les titres ne renferment pas pour tous les mêmes valeurs ou la même signification.

Nous avons arbitrairement choisis ceux-ci et y avons joint notre propre signification.


MOTIVATIONS ET METHODOLOGIE DE L’ECOLE

Les membres de l’école viennent d’horizons et de méthodes de karaté do différentes, aussi, il n’est pas de notre propos de vous demander de changer radicalement de style.

Nous répétons que la transmission des arts martiaux se fait à travers des principes !!

Ces principes acquis, ils seront appliqués aussi bien en shotokan qu’en wado-ryu etc

Restez donc dans votre travail de base habituel et efforcez vous d’y incorporer et d’appliquer les principes du karaté do.

Traditionnellement, on distingue la pratique en externe et interne.

Dés que le karaté do a été importé en France , les premiers Maitres japonais nous ont fait rever avec le kime, cette force destructrice que nous voulions tous obtenir.

Mais il faut bien reconnaitre que ce travail interne n’a jamais véritablement été enseigné à travers un véritable système dans la plupart des méthodes.

Dans notre école, nous partons donc du principe qu’il nous faut remonter dans le temps et l’histoire du karaté do, pour mieux comprendre et évoluer dans notre pratique !

C’est pourquoi, partant du karaté do japonais, nous avons étudié les styles d’Okinawa et incorporé également des exercices issus de méthodes chinoises, telles que le Tai chi chuan ou le I chuan.

Parmi les méthodes de karaté do japonaise, nous nous sommes également inspirés de celle de Maitre Sawaï, le Taikiken.

Mais, encore une fois, la progression de chacun est différente et notre but est avant tout destiné à vous aider à trouver votre propre chemin.

Voici la méthodologie que je vous propose :

Nous avons tous , pour les raisons indiquées plus haut, essentiellement basé notre entrainement sur la pratique externe et technique.

Mais, même dans la pratique externe, il est nécessaire de progresser en suivant ce que la tradition japonaise nous apprend.

Ensuite, la prise de conscience de l’énergie interne en karaté do, passe par des exercices spécifiques, qu’il convient d’effectuer avec un état d’esprit particulier.

C’est la raison pour laquelle je préconise de dissocier pendant un certain temps les deux formes d’entraînement, même pour les hauts gradés car ils n’ont eu que très rarement des explications concernant ce sujet.

Continuer votre travail externe classique, toujours bien évidement en cherchant à évoluer et commencer à étudier le travail interne, sans chercher à faire de lien entre les deux.

A un moment donné, si vous vous entraînez correctement, la jonction entre l’externe et l’interne se fera naturellement.
Ne forcez rien !

J’ai essayé de synthétiser dans un tableau la méthodologie que je vous propose.

(Tableau disponible sur le site officiel dont vous trouverez le lien ci-dessous)
http://www.akdtm.com/cariboost_files/tableauprogression.jpg

- Observez bien le tableau joint qui à un double but :

(Mise à Jour du 1er Octobre 2007 )

Ce tableau représente l'essentiel de la recherche constituant notre école.
Il sera analysé lors des premiers rassemblements d'entrainement de la saison .

Il a également pour but de vous aider pour situer votre niveau ,aussi bien en externe qu'en interne,et de vous aider pour connaître les points à parfaire dans votre entrainement personnel.

Considérations générales concernant la progression proposée

La prise de conscience de l'énergie interne en karaté do, passe par des exercices spécifiques, qu'il convient d'effectuer avec un état d'esprit particulier.

C'est la raison pour laquelle je préconise de dissocier pendant un certain temps les deux formes d'entraînement, même pour les hauts gradés car ils n'ont eu que très rarement des explications concernant ce sujet.

Continuer votre travail externe classique, toujours bien évidement en cherchant à évoluer et commencer à étudier le travail interne, sans chercher à faire de lien entre les deux.

A un moment donné, si vous vous entraînez correctement, la jonction entre l'externe et l'interne se fera naturellement. Ne forcez rien !

1) Vous montrer tous les domaines dans lesquels vous devrez progresser en karaté do, tant en interne qu'en externe ; La progression en externe suit exactement l'ordre donné
Par contre, en interne, je vous donne un aperçu général, sans ordre d'apprentissage précis.

2) Situer votre niveau en fonction des deux axes de recherche et personnaliser votre entraînement par rapport à votre vécu.

Par exemple, un élève 5 eme dan est forcement bon en travail externe mais il débute peut être dans l'interne. Grâce au tableau, il va pouvoir vérifier s'il a bien assimilé telle ou telle partie de l'entraînement en externe. Auquel cas, il saura quoi rechercher dans sa pratique.

Il fera la même analyse en ce qui concerne l'interne : comment est son enracinement, A-t-il ouvert tel point énergétique etc.

A la suite de ce double constat, il pourra mettre en place une méthodologie d'entraînement personnelle, évolutive et réfléchie.


La jonction entre les deux recherches se fera à un moment donné, après un laps de temps qu'il est impossible d'évaluer mais essayons de faire une projection sur le temps global de pratique effectué !
5 Dan correspond approximativement à 20 ans de pratique.
S'il met 3 ans pour intégrer les parties externe et interne, il lui aura fallut 23 ans en tout.

Un élève ceinture marron, vu son niveau, va avoir un travail externe important à faire qui doit occuper la place prépondérante dans sa pratique.

Par contre, s'il en a l'occasion auprès d'un professeur qualifié, il va commencer l'interne assez tôt !

Les deux paramètres d'entraînement se rejoindront peut être un peu plus vite, peut être au bout d'une quinzaine d'années.

L'observation du tableau explique également comment la même technique, qu'on va répéter des années durant, devient complètement différente après ce temps d'entraînement et les principes acquis.

Prenons un exemple basique : oi-zuki.

- Une ceinture marron est forcément dans l'étape TAI, savoir mieux utiliser son corps par l'étude de la technique. Il va faire attention, lors de l'exécution du mouvement à ne pas monter sur ses appuis, à synchroniser la poussée de la jambe arrière avec la frappe du bras pour additionner des forces, à être stable au moment de l'impact etc.
Il est essentiellement dans l'aspect externe.

- Un pratiquant 3 eme Dan, par exemple, au fur et à mesure de sa progression et de la mise en place du travail interne, va commencer à intérioriser sa technique.
En plus des précédentes recherches, tous les petits mouvements intermédiaires ainsi que les sensations internes vont être analysées au cours de l'exécution.

1) Il sent si la respiration est placée correctement !
Si c'est le cas, on ressent une boule d'énergie dans le ventre et au moment du déplacement, on a la sensation que cette boule rebondit à travers le pied avant pendant l'avancée et est projetée vers l'avant, un peu comme un ballon rebondirait au sol.

2) Pour ressentir cette sensation, techniquement, il faut avoir commencé à maîtriser le transfert de poids de corps.

3) Ensuite, le déclenchement de la frappe de poing se fait plus tôt car on maîtrise les appuis au sol, on gagne ainsi en vitesse d'exécution.

4) Le hikite peut varier ! le bras pouvant même être tendu le long du corps, l'important étant qu'il soit décontracté et connecté avec le buste.

5)Si le pratiquant a commencé à intégrer la notion du yin et du yang, l'énergie de la technique est effectivement envoyée vers l'avant mais, en même temps,il y a une énergie qui part vers l'arrière et dans le sol par l'intermédiaire de la jambe d'appui ???

Cela parait paradoxal puisqu'un des principes de base de l'efficacité du karaté do est l'addition des forces !!!

Or, là, une force va vers l'avant et une vers l'arrière mais, en fonction du concept yin et yang, elles paraissent opposées mais sont complémentaires et UN !

Ce sont toutes ces sensations profondes qu'il faut mettre en application dans les katas et ne pas se contenter d'une recherche superficielle, uniquement gestuelle où on va se polariser sur la position d'un petit doigt ou la hauteur d'un genou !

Faîtes le compte :
- 5 principes supplémentaires différencient les deux oi-zuki !

Je n'irai pas plus loin pour cette fois,

Il est très difficile de parler de ces choses par écrit, encore une fois, rien ne remplace la pratique mais j'espère que ces explications,même si elles paraissent quelque peu embrouillées ,vous amèneront à une recherche et à une réflexion personnelle.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mise à jour datant du 13 Septembre 2007
Mon chemin


Karaté DO ? DO ? La voie, le chemin ?

Donc, si nous prenons cet exemple, un chemin commence par un départ, on suit un itinéraire ponctué d'étapes et il faut avoir en vue un but !

Pendant cette longue route, on peut se perdre, s'égarer, se fatiguer et s'arrêter.

Comme je l'ai déjà expliqué, en ce qui me concerne, après 45 ans de pratique, je me suis trouvé dans une impasse et je ne voyais pas du tout vers quel but je devais me diriger ?

Comment progresser ?

Au niveau externe, c'est-à-dire technique et physique, je ne voyais pas .

Je me suis vraiment posé la question en ces termes :

Tu veux devenir le champion du monde des 75 ans ?

Cela ne me paraissait pas être ni vraiment intéressant, ni très réaliste !

Etant jeune, j'ai eu un but : devenir champion.

Plus tard, j'ai enseigné, essayé d'analyser très profondément chaque technique de karaté do mais ceci a une limite .Le corps décline, qu'on l'admette ou pas et le temps qui passe n'arrange pas les choses ;

Comment faire ?

Et puis, j'ai découvert le travail interne ;

Bien sur, depuis le début de ma pratique en 1962,j'avais de nombreuses fois entendu parlé de ki, de kime, que l'efficacité du karaté do résidait dans le ventre, mais aucun Maître japonais ne m'avait vraiment éclairé sur ce sujet,ni surtout , donné des exercices propres à développer ces principes ;

Et j'avoue, je n'avais jamais non plus envisagé la pratique du karaté do sous l'angle de la santé !!
Si le fait de travailler l'interne amène à vivre mieux et en bonne santé plus longtemps, alors la, oui, ça pouvait devenir un but ;

Je vais donc essayer de vous expliquer le chemin que je propose dans mon enseignement, en expliquant certains points au passage, pour une meilleure compréhension ;


Je me recommande de pratiquer un karaté do TRADITIONNEL ?

Mais ce terme est tellement galvaudé qu'il ne signifie plus grand-chose actuellement et surtout, il peut englober des idées tellement différentes que je voudrais vous donner ma compréhension de ce terme ;

J'ai eu la curiosité de regarder sur le dictionnaire quelle était la signification du terme TRADITIONNEL.
Voici les définitions données qui peuvent correspondre à ce que nous recherchons dans les Arts Martiaux :

1-Façon de faire, de penser, héritée du passé dans un groupe social ou professionnel.

2- Action, façon de transmettre un savoir, abstrait ou concret, de génération en génération, par la parole,
l'écrit ou l'exemple.

Mais, lorsque nous donnons des cours de karaté do traditionnel, à quelle tradition faisons- nous référence ?

- A la tradition japonaise, allant de 1920 à la dernière guerre, correspondant à l'entrée et au développement du karaté do au Japon
- A l'histoire des samouraïs, du Bushido. à la culture d'Okinawa.de la Chine..du Zen…du théâtre No et pour chacune de ces composantes, à quelle époque, car, la tradition par essence même est fluctuante dans le
temps !!!


Je distingue pour ma part, l'histoire du karaté do en trois grandes étapes :
-Le karaté do japonais que je sépare en deux parties :
De 1922, date de l'arrivée en gros de Maître Funakoshi au japon à 1945
Puis de 1945 à nos jours
-Les différentes écoles et styles d'Okinawa
-Ce que j'appelle les systèmes chinois.

En fonction de ces étapes, à quelles traditions pouvons-nous nous référer ?

En ce qui concerne le karaté do japonais, je dirai en premier à la philosophie du Bushido qui influence tous les arts martiaux japonais, la philosophie japonaise en général, l'organisation et le système d'enseignement des " ryu "ect .
Il existe quelques autres domaines mais je ne signale que les principaux.

En ce qui concerne Okinawa, connaître l'histoire de cette île et plus précisément par rapports aux arts martiaux, comment fonctionnaient les différents styles, l'étude des katas anciens !

Les styles d'Okinawa mettent plus l'accent sur le travail énergétique à travers des formes de mouvements originelles qui diffèrent beaucoup par rapport au karaté do japonais actuels.

En ce qui concerne la chine, comprendre la notion de CHI ( énergie) qui est présente dans tous les domaines en chine (peinture, médecine, orientation et agencement des maisons ….) le yin et le yang qui vont influer énormément sur toutes les techniques , la philosophie générale des arts martiaux chinois ;

Plus généralement, nous nous appuierons aussi sur la pédagogie asiatique, complètement à l'inverse de la notre.

Tout ceci peut être approfondi mais vous avez maintenant des repères plus précis et je l'espère, une notion plus exacte de ce que peut englober le terme karaté do traditionnel.

Revenons aux principes essentiels régissant le karaté do japonais ;

Tout est dit à travers les deux concepts fondamentaux : shin- ghi-tai et shu-ha-ri ;

J'ai déjà parlé de cela dans un cahier technique figurant dans mon site internet, je ne vais donc pas revenir dessus.

Je vais résumer le chemin que je propose à mes élèves de suivre, en fonction des explications fournies ;

Le but à atteindre, est que malgré l'age qui fait que le corps s'affaiblisse, on progresse encore en efficacité et on améliore sa santé grâce au travail interne ;

Le chemin à suivre est le suivant :

(acces au tableau en allant sur le site officiel de Guy sauvin? Enfin si vous trouvez le lien Smile)

L'étape SHU est celle de la mécanisation
L'étape HA est celle de l'intériorisation.
L'étape RI est celle de la conscience sans conscience
(Je ne trouve pas d'autre terme pour expliquer ceci)

Chaque étape comporte une utilisation du corps différente mais surtout doit s'effectuer avec un état d'esprit différent.

Pour passer toutes ces étapes, il est nécessaire de travailler des exercices spécifiques et de suivre un ordre rigoureux dans la progression en n'essayant pas de brûler certaines d'entre elles ;

Mon enseignement - Généralités

Le Karaté d'aujourd'hui en recherche de reconnaissance olympique n'a absolument plus rien de commun avec la véritable pratique ni l'essence du Karaté-do tel qu'il nous a été inculqué par les premiers Maitres japonais venus en France dans les années 1960 et surtout,n'a plus rien de commun avec un Art Martial !

Pour s'en convaincre, il suffit de regarder les réglements de compétition " combat ". Les compétiteurs portent des gants et l'obtention de la victoire se fait par addition de points ! La recherche de l'efficacité ne constitue plus un critère d'attribution de points.

KARATE signifie " main vide " et la recherche fondamentale qui caractérise notre discipline consiste à essayer de mettre un adversaire hors de combat sur un seul coup.

Quels sont les points communs entre les deux recherches ?

Dans les Fédérations officielles, obligées à tenir compte du plus grand nombre et soucieuses d'acquérir des licences, la pédagogie, obligatoirement codifiée à l'extrême, amène le pratiquant à une simple activité physique par une absence profonde d'une culture de l'Art Martial dans la pédagogie et l'enseignement de la majorité des instructeurs.

De cette absence, on assiste à un délitement de la pratique et de la technique qui s'aggrave de génération en génération et ce qui est proposé maintenant devrait s'appeler d'un autre nom que karaté !

La définition communément admise de l'ART MARTIAL est : C'est une méthode de combat pour vaincre sur un champ de bataille ou le résultat est la vie ou la mort mais en y ajoutant une dimension spirituelle.

Sur le champ de bataille, la peur de la mort est, pour la majorité des combattants, le facteur émotionnel le plus fortement déstabilisant et inhibiteur, ce qui les rend vulnérables et inefficaces.

Elaboré et structuré en système d'entraînement de maîtrise technique et émotionnelle dans le combat réel, ce schéma caractérise tous les chemins des Arts Martiaux majeurs connus.

De cette définition, qui répond à la réalité du combat pour la vie, le système d'entraînement du guerrier doit développer des qualités essentielles afin de ne pas succomber.

Les qualités dont il s'agit sont :
- Au niveau physique, la dextérité et la maîtrise technique.
- Au niveau psychologique, où se situe l'émotionnel, de construire son esprit en le structurant par
l'activation de l'activité mentale nécessaire à cette situation.

Les dispositions positives essentielles que nous puissions aisément repérer sont les suivantes :
Concentration - Vigilance - Rigueur - Lucidité - Courage - Intuition - Humilité - Sincérité ……

Ma méthode consiste à savoir décrypter dans l'entraînement, les principes qui renvoient à ces dispositions, à travers une méthodologie intégrale d'enseignement développant explicitement les rapports entre les techniques et l'éthique du Karaté-do.

Le fondamental dans la démarche qui nous préoccupe est de bien faire comprendre au pratiquant, que cet état d'esprit est très utile dans la vie quotidienne, dans beaucoup de comportements de notre vie sociale et que se trouve là, le véritable intérêt de travailler un Art Martial en temps de paix car cette structure mentale acquise et développée est le gage d'une grande efficacité dans l'action au quotidien d'où la dimension profondément formatrice du Karaté do.

Prenons un exemple simple : le mot japonais Kime. Comme beaucoup de mots japonais, il possède plusieurs interprétations mais l'une d'entre elle signifie : prendre une décision sans appel.
Si on s'entraîne deux fois par semaine dans cet état d'esprit correct, le pratiquant finira par acquérir ce réflexe, qu'il appliquera automatiquement dans sa vie de tous les jours !

Nous avons vu à quel point il est important de faire preuve de créativité dans l'élaboration d'une méthode pédagogique simple et claire reliant constamment technique et éthique.

- Le Karaté, méthode d'éducation sociale
- Le Karaté, découverte de soi
- Le Karaté combat
- Le Karaté santé, énergétique
- Le Karaté spirituel, recherche d'équilibre et d'harmonie
- Le Karaté interne
- Etc.

L'enseignement de ces différentes composantes permet à tout à chacun une rencontre permanente avec un Karaté-do adapté à ses aptitudes, aspirations, évolutions et maturités.

Il ne peut y avoir dans le Karaté-do, ni de recherche de performance comme dans le sport, ni de recherche d'esthétisme comme dans la danse, et cela ne peut pas être un loisir.


Sinon le détournement de l'Art Martial ne serait qu'une dérive sans intérêts.

Par contre, si le pratiquant désire acquérir toutes ces qualités, un entraînement régulier est absolument nécessaire.

La principale conséquence qu'a eu le développement de la compétition à outrance a été de tronçonner le karaté en des pratiques complètement différentes.

Un karatéka pratiquant la compétition combat se spécialise dans cette particularité et ses qualités, physiques et mentales n'ont rien a voir avec celles d'un pratiquant qui lui, participe aux Championnats de Body-karaté !!

L'ENTRAINEMENT FORME UN ENSEMBLE COHERENT ET INDISSOCIABLE ET DONT TOUTES LES COMPOSANTES EMMENENT AU MEME OBJECTIF : OPTIMISER LES QUALITES QUE CHACUN D'ENTRE NOUS POSSEDENT EN LUI

L'entraînement de karaté est subdivisé en trois grandes parties : Le Kihon, les différentes formes
de combat et le kata.

Chaque partie de l'entraînement va apporter des qualités particulières qui feront progresser le pratiquant vers le même objectif.

Qui travaille aujourd'hui, les katas, en pensant aux progrès que cela lui fera faire en combat !

La méthode que je propose n'a pas la prétention de rendre ses adeptes invincibles mais seulement qu'ils se sentent mieux dans leur corps et dans leurs têtes.

Apres la compréhension physique et technique, vient l'utilisation de l'énergie interne qui supplantera les déficiences physiques et qui permettra d'intégrer une recherche nouvelle : la santé, mais, encore une fois, tout ceci suit un ordre chronologique logique et nécessaire.

Nous allons aussi vous accompagner sur cette voie en vous donnant des exercices simples mais qu'il faut pratiquer régulièrement.

Pour terminer, je voudrais vous donner les principes d'entraînement que suivaient mon ami Henri Jordan et qui lui ont permis de lutter dignement, tel un véritable samouraï, contre la maladie et la mort :

L'ESPRIT EST PRIMORDIAL , LA PENSEE EST SECONDAIRE ET LE CORPS SUBORDONNE .

Source : Sei Do Jyuku KARATE MARTIAL
http://www.akdtm.com/crbst_26.html
Propose de Guy Sauvin
avatar
Fred
Admin

Messages : 803
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://wadorivedegier.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sauvin Guy et le Sei do Jyuku (Karaté)

Message  Fred le Sam 8 Fév - 18:48

Fondamentaux présenté par Guy Sauvin :





avatar
Fred
Admin

Messages : 803
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://wadorivedegier.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sauvin Guy et le Sei do Jyuku (Karaté)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum